Take a fresh look at your lifestyle.

Kankan / journée internationale de la jeune fille :  » Nous ne nous sentons vraiment pas en sécurité dans la ville alors que nous avons aussi tout le droit de marcher librement comme nous voulons » déclare la présidente du club des jeunes filles leader

0

À chaque 11 octobre, l’humanité célèbre la journée internationale de la jeune fille. Une journée dédiée aux jeunes filles qui sont parfois confrontées à d’énormes difficultés dans la société notamment, le viol, mariage précoce et harcèlement sexuel.

Pendant cette journée, l’opportunité est ouverte aux jeunes filles de défendre leurs droits tout comme dénoncer les maux dont elles sont victimes dans nos différentes communautés et c’est pourquoi la première responsable du club des jeunes filles leader de la région administrative de kankan n’est pas restée silencieuse.

« Aujourd’hui, j’ai un sentiment de joie et de satisfaction de célébrer cette journée internationale de la jeune fille, qui nous a été dédiée pour promouvoir notre autonomisation et notre implication dans le développement de notre pays. Je pense que nous devons être fières parce qu’on a jamais vu de journée internationale d’homme, mais plutôt la journée internationale de la jeune fille ce qui signifie que nous sommes et resterons toujours les baromètres de la société, sans nous, la société ne peut pas se développer » a lancé avec fierté Fanta Camara, la présidente régionale du club des jeunes filles leader de Guinée.

Dans ces deux dernières semaines à kankan, deux cas de viols sur mineurs ont été enregistrés. Pour elle, les filles ne sont pas en liberté dans la ville de Cheick Fanta Mady Cherif. « Ce dernier temps, les maux dont nous sommes victimes est le viol. Nous souffrons aujourd’hui beaucoup par rapport à ce fléau qui met notre vie en danger. Nous ne sentons vraiment pas en sécurité dans la ville alors que nous avons aussi tout le droit de marcher dans la ville comme nous voulons, mais je pense que nous sommes privés de ce droit, car nous sommes victimes du viol quand nous nous promenons. En plus, ce qu’est plus déplorable est que nos parents nous donnent en mariage précoce, de surcroit forcé» nous a raconté cette activiste.

Pour la préservation des droits de la jeune fille à kankan tout comme dans les autres villes de la Guinée, cette féministe invite le gouvernement à prendre sa responsabilité: « Aujourd’hui l’appel que j’ai à lancer par rapport à la préservation et au respect des droits de la jeune fille, nous devons savoir que chacun être humain a le droit et ce droit être respecté pour que la personne peut vivre dans la société sans crainte. Ils doivent beaucoup veiller au respect de notre droit, car nos droits ne sont pas respectés».

Défendre le droit des jeunes filles dans la société serait non seulement un atout pour l’humanité, mais aussi pour elles même, car elles sont les baromètres de la société.

À noter que le club des jeunes filles leader de la région administrative de kankan célébrera cette journée internationale de la jeune fille demain mardi, 12 octobre 2021 à la maison des jeunes de kankan.
Nous profitons de l’occasion pour souhaiter une bonne fête aux jeunes filles de Guinée.

Kankan, Mohamed II DIANÉ pour SATINFOS.COM

Leave A Reply

Your email address will not be published.