Take a fresh look at your lifestyle.

Justice guinéenne : « Si vous ne pouvez pas assumer une fonction, vous n’avez qu’à démissionner…Tous les juges doivent être indépendants… », dixit le juge Charles WRIGHT

0

La Justice guinéenne est sous le feu des critiques depuis belle lurette. Elle est reconnue pour être plus active dans certains dossiers, plus passive et lente dans d’autres. Elle l’est aussi en raison des ressources humaines qui incarnent ce pouvoir presqu’ultime. Ces ressource humaines qui, l’on ne pourrait reprocher d’incompétence mais d’être à la solde de l’exécutif. Il y a néanmoins certains qui sortent du lot. On peut entre autres citer le juge de siège près le tribunal de première instance de Dixinn, Charles WRIGHT récemment muté à Coyah. Il était sur les ondes de FIM FM ce mardi 13 juillet 2021.

Avant son départ pour Coyah où il vient d’être muté, où peut-être il serait loin des projecteurs des médias, Charles WRIGHT s’est exprimé sur des questions liées à la justice guinéenne. Des questions notamment liées à l’indépendance de la Justice guinéenne. Quand les journalistes lui collent le qualificatif de juge parfait ou presque que certains Guinéens voient en lui, sa réponse a été modeste. « Pour mon cas, … je n’ai jamais subi de pression… (…) Plutôt, lorsque je suis dans ma posture de juge, ma seule préoccupation, c’est l’examen rationnel des faits de ma saisine et la responsabilité que j’ai de n’être conforme qu’à la loi. Je n’ai jamais été appelé, personne ne m’a donné des instructions », a-t-il répondu comme d’ailleurs sur toute la ligne puis que les journalistes n’ont pas eu directement ce qu’ils voulaient entendre sortir de sa bouche comme sur cette question de l’indépendance de la justice guinéenne. « (…) l’indépendance du juge, elle est une indépendance qui tire sa source des textes. Mais l’exercice de cette fonction, dépend du magistrat…Tous les juges doivent être indépendants… L’on dit souvent que je fais des choses que les gens [d’autres juges] refusent de faire. Je me dis souvent qu’ils se trompent… il y a des magistrats qui travaillent sous l’ombre qui ne parlent même pas mais qui font extrêmement bien leur travail. (…) On n’a pas besoin d’une publicité. Nos décisions suffisent en elles seules d’expliquer les raisons pour lesquelles telle ou telle décision a été prise« , a-t-il coupé court.

L’autre question des journalistes a été orientée sur de possibles pressions qu’il aurait subies. Là encore, M. WRIGHT a tranché en ces termes : « Je peux dire haut et fort sans risque de me tromper que depuis que j’ai commencé à exercer ce métier de magistrat, j’ai eu la chance – j’ai toujours évolué au niveau du siège : là où on prend des décisions à la différence du parquet où c’est à la fois judiciaire et administratif ».

« Si vous ne pouvez pas assumer une fonction, vous n’avez qu’à démissionner »

Pour Charles WRIGHT donc, il n’y a pas de crise de confiance entre la Justice et les justiciables. « Moi je pense qu’il y a beaucoup plus de demandes et des attentes. Si je vous dis par exemple que on dit dans la presse que les juges sont corrompus, mais, laissez-moi vous dire qu’il n’y a pas de corrompu sans corrupteur. C’est à nous les juges de résister », fait-il savoir aux journalistes de FIM FM.

 

Köyö Sentoh

Leave A Reply

Your email address will not be published.