Take a fresh look at your lifestyle.

Infrastructures routières : Une entreprise burkinabè en colère contre l’État guinéen

0

Les faits remontent à l’an 2013. Cette année-là, une entreprise burkinabè dénommée GROUP EBOMAF propose à l’État guinéen la construction de plusieurs kilomètres de routes. Il s’agit de la route Kankan-Madiana longue de 100 km puis Kankan-Kissidougou pour une distance de 194 kilomètres. Le coût total du contrat était estimé à 500 millions d’euros. L’entreprise s’était engagée à le financer entièrement avant d’être payée par la Guinée. Malheureusement, les choses ont mal tourné.

« Je reconnais avoir obtenu deux contrats. Mais EBOMAF rassure qu’il n’a jamais effectué d’activité sur le terrain après l’obtention des permis d’explorer. D’ailleurs, je banalise ces documents et je laisse le libre choix aux autorités guinéennes. l’État guinéen n’a pas respecté ses engagements », explique MAHAMADOU BONKOUNGOU, Président-Directeur Général d’EBOMAF.

Pour l’homme d’affaire burkinabé, les journalistes guinéens qui ont voulu s’intéresser au dossier devraient plutôt parler des pertes que son entreprise a enregistrées sur le sol guinéen suite à la résiliation unilatérale de ces contrats de construction de routes.

« l’État guinéen décide d’annuler le contrat sans notre consentement en nous demandant de plier nos bagages et rentrer chez nous», regrette MAHAMADOU BONKOUNGOU.

A en croire BONKOUNGOU, EBOMAF à perdu 100 millions d’euros dans les travaux en Guinée alors que l’Etat n’aurait pas respecté ses engagements.

JUSTIN LENO

Leave A Reply

Your email address will not be published.