Take a fresh look at your lifestyle.

Guinée : Cellou Dalein DIALLO appelle à l’union au sein de son parti pour résister « au chantage » d’Alpha CONDÉ

0

Les temps sont durs pour Cellou Dalein DIALLO et de son parti, l’Union des Forces démocratiques de Guinée (UFDG). La récente tribune publiée par certains responsables (de ce parti) détenus en prison est venue enfoncer le clou dans la plaie. En raison des divergences engendrées par cette tribune, l’opposant au régime CONDÉ a décidé ce samedi d’appeler à la solidarité au sein du parti.

Le président de l’UFDG a animé sa 5e Assemblée générale virtuelle ce samedi 12 juin 2021. L’occasion pour Cellou Dalein DIALLO de discuter de certains sujets de préoccupation concernant son parti. Entre autres sujets, les divisions internes suscité par la tribune de trois de ses responsables détenus à la maison centrale depuis octobre 2020.

Dans cette tribune, Cellou BALDÉ, Chérif BAH et Ousmane Gaoual DIALLO se seraient prononcés favorables au dialogue dont Cellou ne veut pas entendre parler. Ce samedi, il a appelé à enterrer ces divergences. « Ce que je demande maintenant aux cadre du parti en tant que président, c’est de promouvoir le débat interne et de renforcer cette culture du respect mutuel et de tolérance à tous les échelons du parti… Que l’élan de solidarité et d’unité que le parti a dans la mobilisation de la campagne, dans la participation aux élections et dans le soutien à nos morts et à nos détenus ne soit pas freiné par de petits malentendus inhérents à toute grande organisation comme l’UFDG », a-t-il plaidé en signifiant à ses partisans et sympathisants, sa pensée quotidienne aux détenus politiques et aux « sacrifices » consentis dans leur combat politique. « L’engagement politique dans ce contexte de tyrannie requiert malheureusement énormément de sacrifices. Nous mettons notre vie en danger à chaque fois que nous nous opposons au despote [Alpha CONDÉ]. Tous les otages politiques ainsi que toutes leurs familles en sont conscients. Ils sont restés dignes face à cette injustice et au traitement inhumain et dégradant qu’ils subissent. Nous leur devons respect et solidarité. (…) Nous devons tous, par nos attitudes, par nos prières, leur apporter notre soutien et rendre hommage à leur courage et à leur dignité ».

« Le despote Alpha CONDÉ…, est aujourd’hui est animal blessé, … il est devenu infréquentable à l’international… »

L’ancien premier ministre n’a pas manqué des piques à son protagoniste politique qu’il qualifie de despote. Il réitère toujours que l’élection du 18 octobre 2020 lui a été volée. « Le despote Alpha CONDÉ, après son coup de force, est aujourd’hui un animal blessé, acculé et cerné de toutes part. Il est infréquentable à l’international et n’a plus pour amis que les autres dictateurs du continents. (…). Ayant perdu lamentablement les élections, il n’a plus aucune légitimité aux yeux des Guinéens », affirme Cellou qui ne digère pas non plus le véto sur les locaux de son parti et sa sortie du territoire national « Alors il nous persécute en prenant en otage nos cadres, en empêchant le président légitime du pays et ses collaborateurs de voyager librement, en fermant les locaux sans aucun fondement, dans l’espoir vain de nous forcer à légitimer comme président », accuse-t-il avant de faire cette promesse à Alpha CONDÉ « Mais, ce chantage ne passera jamais ».

Cellou n’a jamais reconnu les résultats du scrutin présidentiel contesté du 18 octobre 2020 qui a ouvert la voix au troisième mandat à Alpha CONDÉ. Un scrutin marqué par des fraudes jugées mineures par la justice guinéenne. L’auto proclamation du candidat de l’UFDG comme vainqueur à ce scrutin a engendré des violences inouïes dans le pays durant une semaine. L’opposition et certaines ONG ont évoqué au moins 27 morts tandis que les autorités en ont parlé de 21.

Ces violences imputées à l’UFDG ont conduit à l’arrestation de plusieurs responsables du parti. Un d’entre eux (Roger LOUA) est mort quelques temps après. Les autres qui y sont restés ne cessent de remettre en cause leur condition de détention et la violation de leurs droits. Leur libération est l’une des conditions fondamentales posées par Cellou Dalein DIALLO pour aller au dialogue sollicité par le pouvoir.

Köyö Sentoh

Leave A Reply

Your email address will not be published.