Take a fresh look at your lifestyle.

FORMATION PROFESSIONNELLE : A la rencontre de Sia Angeline, cette rare étudiante mécanicienne de l’ENAM

0

En 2020, elle a échoué au baccalauréat unique après plusieurs mois d’études entre maladie et galère, car issue d’une famille de base classe. Sans perdre de temps, c’est pour une formation professionnelle qu’elle opte et pas n’importe laquelle. Sia Angéline Moundékeno 25 ans décide alors de s’orienter à l’école nationale des arts et métiers de Conakry située au quartier au Coleah dans la commune de Matam.

Ce Mardi 08 février 2022, la rédaction de satinfos.com est allée à sa rencontre pour connaître les raisons qui l’ont emmenée à exercer le métier de mécanicien que la majorité de ses copines considère comme une activité d’hommes.

 

«Justement, c’est pour cette pensée de métier d’hommes que les gens ont, que moi, j’ai décidé d’exercer la mécanique. En effet, j’ai aussi remarqué que les femmes ne s’intéressent pas assez. Pourtant, c’est une activité génératrice de revenus comme beaucoup d’autres. Souvent, on a pas besoin de l’État pour nous donner un travail quand on a son diplôme de formation professionnelle», nous confie la jeune fille, sûre qu’elle pourrait rapidement décrocher un emploi après sa formation.

Sia Angéline Moundékeno a principalement opté pour la filière mécanique. Sur des images, on la voit avec ses collègues, hommes.

À l’école nationale des arts et métiers de Conakry, Angéline a trois ans d’études avant d’obtenir son diplôme de mécanicienne. Elle fait la licence 2 et elle lui reste une année d’études. Elle est sûre de décrocher un travail dès la fin. Angéline invite les autres jeunes filles à opter pour la formation professionnelle et à l’État de valoriser le secteur.

 

Justin LENO

Leave A Reply

Your email address will not be published.